Alododo, une nouvelle dynamique sociale dans la commune de Grand-Popo au Bénin

Regard d’un jeune actif dans le domaine du dévéloppement durable.

Nous avons aujourd'hui le plaisir et l'honneur d'interviewer M. DJOSSOU Oboubé Blanchard, Agro-ingénieur et directeur exécutif de MEWI-YOVO, une association experte en ingénierie sociale (développement durable et croissance inclusive).

title

Bonjour monsieur DJOSSOU,

1 - En quoi consiste la particularité de l’Association Alododo ?

— Bonsoir Prévert. La participation est un maillon essentiel dans la mise en œuvre de toute politique de développement qui se veut efficace et durable. Pendant longtemps, des actions de développement ont été opérées sans l’implication de la population bénéficiaire; ce qui a conduit à des échecs. Déjà Alododo échappe à ce goulot d’étranglement car elle est une initiative entreprise par les bénéficiaires elles-mêmes en réponse aux problèmes liés à leurs réalités quotidiennes.

2 - Comment se réalise l’approche participative de Alododo ?

— La conférence introductive de l’initiative Alododo tenue le 20 Avril 2016, regroupant les acteurs locaux de la décentralisation de la commune de Grand-popo a permis aux participants de se prononcer sur les problèmes qui influencent le développement à la base. Parmi ces participants, plusieurs personnes n’ont jamais eu l’opportunité d’échanger avec leurs paires sur des sujets de leur bien-être social. Au cours de cette conférence, j’ai noté la volonté de tout un chacun de pouvoir assurer la participation locale et insuffler un esprit d’autosuffisance dans la population en mobilisant et en utilisant effectivement les ressources locales, humaines, matérielles et financières pour planifier, exécuter, contrôler et mettre en place de manière durable, une gouvernance pour permettre la fourniture participative de services sociaux à tous les citoyens car « la population locale ne peut pas mobiliser ses propres énergies et ressources pour son propre développement, si elle doit dépendre éternellement de l’assistance extérieure, on ne pourrait parler de gouvernance locale à en croire le ministère Rwandais de l’administration locale et des affaires sociales en 2000. »

3 - Qu'est ce qui confirme la mise en route de cette approche ?

title

— Les deux conférences respectivement à l’endroit des enfants et des femmes qui ont suivi le lancement, témoignent de la volonté qu’a l’initiative Alododo à impliquer toutes les couches sociales dans son plan d’action. C’est un pari qui est gagné d’avance.

4 - D’où est ce que l’initiative a tiré son modèle ?

— L’initiative Alododo a une base de réflexion qui s’inspire de la logique des ODD. La mise en œuvre des OMD a été exécutée en majeure partie par les pouvoirs centraux ; Ce qui à expliquer les résultats que nous avons obtenus. Pour ne pas reprendre avec les mêmes erreurs. Les ODD doivent avoir l’implication directe des locaux. Alododo est un mouvement d’une jeunesse locale qui fait preuve d’un leadership et d’un savoir-faire organisationnel qui lui permettront d’impacter ses semblables. Ainsi, les ODD ont la chance d’atteindre les couches les plus vulnérables de notre société.

5 - Votre mot de la fin ?

— Pour finir, je dirai que chaque société doit penser son modèle de développement, Alododo en est un qui stipule qu'on peut être tous acteurs à notre échelle.

  • Interwiew réalisée par Prévert Oléman - La Béninoise TV.
Creative Commons License This article by Team Alododo is licensed under the Creative Commons Attribution 4.0 International License